Expatriation : Et si on osait parler de nos challenges

Expatriation et challenges: Et si on osait en parler ?L’expatriation est un sujet compliqué sur lequel écrire : je suis toujours tentée d’en décrire son côté lumineux. Tout ce que j’ai appris, tout ce que j’ai fait et que je n’aurais jamais fait autrement. Je suis la première à dire que je suis aujourd’hui bien différente de la fille qui est montée dans l’avion en 2012 pour partir vivre à Singapour.

Cependant, cette transformation ne s’est pas faite en un jour ni sans à-coups. Trouver ma place, trouver du sens dans mon expatriation a vraiment été pour moi un processus. Et je trouve que même pendant ma deuxième expatriation aux Etats-Unis, ça continue de l’être.

Je choisis donc de vous partager certains de mes apprentissages « dans la douleur », car je pense, qu’entre nous, il est important de laisser tomber le masque et d’oser parler de nos challenges.

1. Ma nouvelle vie n’a pas commencé une fois qu’on a posé nos valises

Pour ma part, elle a commencé 9 mois plus tard après mon arrivée. Pendant ses 9 premiers mois, j’ai été en transition. Plus en France, mais pas encore pleinement dans ma vie singapourienne. Je découvrais la ville, j’apprenais l’anglais, je me créais de nouvelles habitudes, mais surtout, je faisais le deuil de ma vie d’avant et je digérais toute cette nouveauté.

J’ai été parfois dépassée par les événements. Je me suis sentie seule. Je me suis sentie perdue dans ma nouvelle vie. J’ai eu de vrais coups de blues. Je me suis parfois dit que cela avait été une erreur de tout quitter pour partir vivre à 12000 kilomètres, de « suivre mon mari ». Une erreur d’avoir sacrifiée ma sacro-sainte indépendance financière et mon identité professionnelle.

Ne pas travailler, ne pas gagner d’argent, dépenser de l’argent que je n’avais pas gagné, ne pas avoir de programme très précis pour chaque jour, ne pas avoir d’amis : ça a été mon quotidien pendant ces 9 premiers mois. Je n’avais jamais connu une telle situation.

J’avais appris à étudier, puis travailler et avoir 5 semaines de vacances. Je n’avais jamais utilisé mon temps autrement en étant adulte. Je savais que ça n’allait pas durer car je cherchais du travail. Cependant je ne savais pas combien de temps il allait me falloir pour décrocher un poste. C’était aussi dur de ne pas me sentir heureuse quand j’avais en apparence tout ce qu’il fallait pour l’être.

2. Mon erreur de diagnostic

Cependant, j’ai réalisé que je me trompais dans mon diagnostic. Je n’avais pas de problème avec ce que l’expatriation m’apportait : un nouvel environnement, côtoyer de nouvelles cultures, avoir un nouveau mode de vie, parler une nouvelle langue. J’appréciais vraiment tout ça.

Mes difficultés venaient de ce que l’expatriation m’avait enlevé. Pour me sentir vraiment Moi, pour avancer, j’avais besoin de me sentir utile. J’avais besoin de me sentir part de quelque chose. J’avais besoin de connections profondes, j’avais besoin d’un cadre et d’une direction. Or, malgré un environnement magnifique et des conditions matérielles privilégiées, je n’avais plus rien de tout ça.

Ma recherche d’emploi piétinait. Je me sentais dans une impasse. A cette époque, j’ai regardé beaucoup de séries…

3. Le cadeau mal emballé : la découverte de mes besoins essentiels…

J’ai alors compris que ces besoins me montraient ce qui était essentiel pour moi. Vraiment essentiel. Il m’a fallu en être privé pour en prendre conscience. Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’ils font partie de mon ADN. Ils se vérifient toujours et guident mes choix.

Mon métier, Coach de Carrière, se base sur le fait d’avoir des échanges profonds avec mes clientes.

En me faisant accompagner dans le développement de mon entreprise, je nourris mon besoin de  recevoir un cadre et une direction.

Dorénavant, je développe facilement mon réseau, parce que je sais que j’ai besoin de créer des liens. Je n’ai pas besoin de compagnie. Mais de liens forts. Bien sûr ça prend plus de temps, mais ça me va.

Cela ne va dire qu’aujourd’hui tout est facile, ni que tout se fait sans à-coup. Y’a toujours des ratés, des doutes, des moments de « mais qu’est-ce que je fais là ? ». Mais ce n’est pas grave, je ne cours plus après l’expatriation « parfaite ». Je crois au processus, je crois que je continue d’apprendre et de grandir. Je sais aussi que j’ai parfois besoin d’un moment de repli pour me relancer avec enthousiasme dans l’action et jeté un regard inspiré sur ma vie en expatriation.

4. L’expatriation est une aventure identitaire

L’expatriation, même si vécue en couple et/ou en famille, est une aventure avant tout individuelle, car elle vient nous chercher sur des questions identitaires, rarement explorées avant. Qui suis-je quand je ne travaille pas ?  Quand je n’ai pas mes amis autour de moi ? Qui suis-je quand ce qui me définissait auparavant, n’est plus ?

C’est pour ça qu’il est pour moi, primordial d’accepter la vulnérabilité dans laquelle elle nous plonge. Nous vivons littéralement un déracinement : coupée de nos racines originelles, puis plongée dans un nouvel environnement,  nous allons chercher à former de nouvelles racines. Comme pour les plantes après une transplantation les premiers temps, il est normal d’être un peu perturbée avant de parvenir à nous redresser et former des bourgeons. Chacune a son rythme. Ce n’est pas une course au bonheur, c’est un processus.

Cet article vous a plu ?

Recevez à partir de maintenant, conseils, stratégies et offres spéciales, directement dans votre boite email