Entretien : Vous n’êtes pas dans un confessionnal !

confessional-780028_640Passer des entretiens nous fait toujours sentir comme si nous allions passer un examen, alors que paradoxalement le sujet nous est, plus que familier, puisque nous allons devoir parler… de nous. 

Parler de nous, en nous montrant sous notre meilleur jour et sans mentir. Ce “sans mentir” est souvent trop pris au pied de la lettre, et voilà que de nombreux candidats avouent, confessent leurs défauts, leurs “ratés”,  sans le moindre filtre. Quand je faisais du recrutement, un(e) candidat(e) qui commençait sa phrase par « Je vais être honnête avec vous » allait à coup sûr, me partager quelque chose qu’il/elle aurait du garder pour lui/elle !!”

Il y a quelque chose que vous devez garder en tête en ce qui concerne l’honnêteté en entretien de recrutement. Elle est évidemment de mise. Cependant, cela ne signifie que vous deviez absolument tout dire. Vous devez être sélective et notamment lorsqu’il s’agit de parler de vos défauts et de vos qualités.

Vous le savez, la question va faire surface tôt ou tard dans l’entretien donc vous ne pouvez pas improviser !! La seule improvisation possible est celle d’analyser pendant l’entretien, si les défauts et les qualités que vous aviez préparés, sont toujours pertinents ou plutôt, pas incompatibles pour CE poste !

Alors comment préparer cette question ?

 

#1 – Préparez la liste de vos qualités

Il y a des qualités, des atouts, des points forts que vos managers, vos collègues, vos amis vous ont communiqués. Il y’en a que vous vous attribuez. Voici la méthodologie que je vous propose :
1/ Faites une liste de 10 points forts, toutes provenances confondues.
2/ Ensuite, posez-vous la question : « Est-ce que ce point fort est indispensable pour le poste ?». En testant chaque qualité à ce filtre, vous devez réduire la liste à 5.
3/ Puis pour chaque qualité, vous préparez un exemple concret dans lequel vous avez effectivement mis en œuvre cette qualité.
N’oubliez pas de préparer les exemples, parce qu’énoncer ses forces en disant : « Je suis… et …. et … » va forcément appeler la question : « Pouvez-vous me donner un exemple dans lequel vous avez fait preuve de cette qualité ?  ».
Souvenez-vous que vous êtes en discussion avec des personnes qui ont une aversion pour le risque. Donc toute affirmation doit être corrélée à un fait, une “preuve”.

#2 – Préparez la liste de vos  défauts

Même process ! Pensez à ceux qu’on vous a dit, à ceux que vous vous attribuez et passez le tout à la moulinette de : « Est-ce que c’est compatible avec le poste ». C’est là que l’honnêteté doit être très sélective.
Si vous doutez de la compatibilité, vous n’en parlerez pas pendant l’entretien.
Si ce défaut vous semble compatible, ne vous contentez pas de le dire, sans rien ajouter. Ne restez pas sur un aveu de faiblesse 😉
Je vous invite tout d’abord à ne pas généraliser. Il est probable que vous ne soyez pas toujours “…”. Donc n’hésitez pas à utiliser une formulation comme : « Je peux me montrer… lorsque…. ». Nuancé et contextualisé, un défaut fera tout de suite moins peur.

Alors prête à répondre à la question : “Quelles sont vos qualités ? Quels sont vos défauts ?” 🙂